Le pied du diabétique

En cas de diabète, le taux de sucre dans le sang est élevé. Avec le temps, le sucre peut endommager les vaisseaux sanguins ou les nerfs avec des conséquences non négligeables.

Un excès de sucre dans le sang, en particulier une augmentation du taux de glucose, augmente les risques de complications à la fois micro-vasculaires (au niveau des petits vaisseaux) et macro-vasculaires (grands vaisseaux). Dans les deux cas, l’endothélium et la lame basale peuvent être modifiés : une hyperglycémie entraine une augmentation de la viscosité sanguine à l’origine de la modification de certaines protéines ; Insuline et glucose peuvent en outre altérer le fonctionnement du métabolisme des lipides touchant au passage l’endothélium des vaisseaux. Ces derniers perdent en élasticité pouvant conduire à des occlusions ou des hypertensions locales.

Parmi les conséquences des complications microvasculaires, l’une des premières est souvent la micro-angiopathie, mais l’on notera également les rétinopathies, les néphropathies mais également les neuropathies. Ces dernières peuvent alors perturber la transmission du signal nerveux dans les membres périphériques. De telles altérations, si elles ne sont pas prises en compte, peuvent fragiliser la peau. Agressions internes et externes modifient la structure de la peau facilitant sa déshydratation. Une peau sèche dont les messages d’alertes ne sont plus transmis par les terminaisons nerveuses peut voir son état s’aggraver. Des craquelures peuvent devenir des lésions par lesquelles les micro-organismes peuvent pénétrer, provocant des infections. Les cas les plus graves peuvent conduire à l’amputation des membres. Le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) n°34-35 de 2015 précise qu’en 2013, en France, 20 000 personnes ont été hospitalisées pour une plaie du pied dont près de 8 000 pour amputation d’un membre inférieur.

Recommandations

De façon générale, « la réduction des complications du diabète passe par la prise en charge des facteurs de risque associés, surpoids, hypertension artérielle, dyslipidémie, tabagisme et sédentarité » (BEH, 34-35, 2015). Compte tenu des symptômes, il est donc recommandé aux patients diabétiques de surveiller leur peau surtout en cas de coupure ou de blessure. Dans ces derniers cas, il convient de surveiller attentivement le pied et de nettoyer à l’eau claire puis avec un désinfectant incolore.

Pied diabétique blessé

Outre la surveillance quotidienne du taux de glycémie, il convient donc de respecter quelques consignes de surveillance des pieds :
– examen visuel quotidien
– lavage quotidien
– maintien d’une peau lisse et douce
– élimination des rugosités (callosités, durillons, …), mais sans dépasser plus de 2 gommages par semaine pour limiter les irritations
– se couper ou se faire couper les ongles régulièrement pour éviter les blessures
– porter chaussures et chaussettes en toute occasion
– protéger les pieds du chaud et du froid
– faire circuler le sang dans les pieds
Dans tous les cas, il est bien entendu conseillé de faire suivre régulièrement ses pieds par le médecin traitant qui pourra prescrire le cas échéant des séances chez un pédicure-podologue. Entre les séances, l’entretien des pieds (maintien de l’hydratation de la peau, réduction des causes de dessèchement) permettra de protéger la peau et d’éviter d’éventuelles complications.

En savoir plus …

BEH 34-35, 2015  : http://invs.santepubliquefrance.fr//beh/2015/34-35/index.html

OMS : http://www.who.int/diabetes/action_online/basics/fr/index3.html

Assurance maladie  : http://www.ameli.fr/assures/prevention-sante/le-diabete/prevenir-les-complications-du-pied.php