Des résultats visibles dès le premier jour

Un traitement scientifiquement prouvé pour le soin des pieds secs et des talons crevassés

Lors d’une étude en double aveugle de 6 semaines réalisée à l’hôpital de Glasgow en Ecosse, 30 patients en ambulatoire atteints d’anhidrose bilatérale* ont appliqué 2 fois par jour une crème à 10% d’urée sur le pied droit et un baume à 25% d’urée sur le pied gauche. Les résultats indiquent que les deux produits testés augmentent significativement les niveaux d’hydratation de la peau, avec une efficacité 2 fois plus importante pour le baume à 25% d’urée. Les premières modifications dans le niveau d’hydratation ont pu être observées après les premières 24 heures.

 

Niveaux d’hydratation moyens mesurés en début et en fin de traitement

Les mesures d’hydratation de la peau ont été réalisées par cornéomètrie. Cette méthode utilise la méthode dite par capacitance diélectrique. Cette mesure électrique, effectuée sur la couche cornée de l’épiderme, est fonction de la quantité d’eau qui y est présente. La capacitance de l’eau étant spécifique et indépendante d’autres substances éventuellement présentes sur la peau, cette technique permet en appliquant un courant électrique entre deux électrodes d’évaluer le niveau d’hydratation de l’épiderme.

Ces études ont été réalisées au Diabetes Centre and Department of Podiatry, Southern Général Hospital (devenu depuis 2015 le Queen Elizabeth University Hospital) à Glasgow en Ecosse à la demande du laboratoire britannique Thorthon & Ross. Les résultats ont été publiés en 2003 dans The Diabetic Foot Journal dont le site est accessible ci-dessous. Vous pouvez également télécharger un tiré à part de l’article en cliquant sur l’image ci-dessous.

Une étude précédente réalisée à l’université de Sidney en Australie avait démontrée l’effet sur le niveau d’hydratation du Baume à 25% d’urée après un traitement de 14 jours sur des patients atteints d’anhidrose bilatérale*.

* l’anhidrose bilatérale est une atteinte sudorale affectant les deux pieds. Elle peut être liée au dysfonctionnement des nerfs périphériques qui altère les mécanismes de sudation. Elle se traduit également par une hyperkératinisation intervenant aux poins de pression, en particulier le talon qui supporte l’essentiel du poids du corps.